La procédure de marché public en vue d’un partenariat public-privé pour le tram de Liège a été initiée en 2012. Après un appel à candidats, quatre consortiums ont été retenus et ont reçu le cahier des charges réalisé par les équipes de la SRW et leurs partenaires.

En juin 2013, un des consortiums, composé autour de Siemens se retire de la compétition, et la SRWT recevra trois offres à examiner, émanant de :

  • Tramardent (composé de Colas Belgium, Wegebo, VBG sa, DIF infra 3 ppp, Inversiones en concesiones Ferrovias sa et Construcciones y auxiliar de Ferrocarriles sa)
  • LegiaExpress (Composé de Vinci Concessions SaS, Compagnie d’Entreprises CFE sa, Bombardier Transportation Belgium sa et Meridiam Infrastructure Finance II sarl
  • Mobiliège (composé de Alstom Transport sa, BAM PPP PGGM Infrastructure Coöperatie UA, DG Infra + sa et SRIW Environement sa)

Après examen des dossiers, la SRWT décide d’en retenir deux : celles de LegiaExpress et de Mobiliège.

Ces deux consortiums ont du remettre une offre finale sur base de laquelle le choix définitif sera effectué.

Tramardent, arrivé en troisième position, et a été éliminé et recevra en guise de compensation forfaitaire l’indemnité de 1,2 million d’euros prévue dans l’offre de marché.

Fin 2014, l’administrateur général de la Société régionale wallonne du transport (SRWT) Jean-Marc Vandenbroucke annonc à son conseil d’administration que les négociations en vue de l’attribution du marché du tram de Liège se poursuivent avec un soumissionnaire préférentiel, à savoir le consortium Mobiliège emmené par Alstom et BAM.

Ces négociations aboutissement, mais un premier refus du projet par Eurostat, en mars 2015, bloque le dossier. Les deux autres refus, en juillet 2015 et janvier 2016, auront finalement pour conséquence l’annulation du marché et le lancement d’un nouveau marché, en mars 2016 (voir ici).

A la suite de l’annulation du marché, une indemnité devra être versée au soumissionnaire préférentiel (MobiLiège) pour un montant d’1,6 milllions d’euros compte tenu du coût de la préparation de ce type d’offre.