Le tram est un système de transport collectif structurant qui doit, à ce titre, rencontrer un ensemble d’exigences précises, en particulier en termes de régularité, de fréquence, de vitesse, de confort et d’accessibilité. Il s’appuie sur les trois éléments suivants : le matériel roulant, les infrastructures et l’exploitation, qui vont chacun participer à la satisfaction de différents critères de performance du système. De plus, le système doit être structurant pour son environnement.

Nous vous présentons dans cette section du site les paramètres qui définissent un système de transport collectif structurant et contribuent à la détermination d’un niveau de service élevé en faveur des usagers. Nous décrivons ensuite différents systèmes existants : leurs performances, leurs contraintes, leurs points forts et leurs points faibles, leur relation avec le contexte local, un ensemble de critères d’appréciation, des éléments de coût, … permettant d’effectuer des comparaisons et de déterminer pour chacun leur domaine de pertinence.

Un système de transport collectif structurant doit rencontrer un ensemble d’exigences précises, en particulier en termes de régularité, de fréquence, de vitesse, de confort et d’accessibilité. Elles s’appuient sur les trois éléments suivants : le matériel roulant, les infrastructures de déplacement et l’exploitation, caractérisés ci-après en quelques mots. L’intérêt et l’impact de la mise en oeuvre d’un mode de transport collectif structurant se mesurent à différents niveaux. En effet, celui-ci va :

  • rencontrer des besoins élevés, en termes de capacité, de la population à desservir ;
  • offrir un haut niveau de service à la population ;
  • favoriser le transfert modal ;
  • participer au développement économique de la ville, de certains quartiers existants ou à construire et à la structuration du territoire ;
  • permettre de diminuer les nuisances environnementales (émissions, consommation énergétique, bruit, vibrations) ;
  • construire une image forte du transport collectif et augmenter son attractivité ;
  • contribuer à la qualité de vie et à la constitution d’une image dynamique de la ville, notamment grâce à une diminution de la congestion routière ;
  • offrir une sécurité optimale à tous les usagers.

Ces différents objectifs sont liés et se recouvrent mutuellement.

Matériel roulant

Il s’agit des véhicules qui vont assurer le transport des personnes. Différents types de matériel existent. Ils se déplacent sur pneus ou sur rails, sont non guidés ou guidés et propulsés au diesel, au gaz ou à l’électricité, pour ne citer que les principaux.

Infrastructures

Les infrastructures constituent, dans une optique de « système », un élément clé pour la satisfaction des exigences précitées. Elles concernent les sites spécifiques sur lesquels se déplace le matériel : en section courante et aux intersections, et les modalités de circulation mises en place. Elles visent également l’aménagement des quais, qui ne seront pas de simples arrêts sur un trottoir mais de véritables stations répondant à un ensemble de critères.

Exploitation

Un ensemble d’éléments, non physiques, indépendants du matériel et de l’infrastructure, participent de manière décisive à la conception générale du système et à sa gestion au quotidien : qu’il s’agisse de la détermination de la fréquence de passage des véhicules, du mode de perception et de validation des titres de transport, des campagnes de communication ou de l’information permanente sur ces lignes …